* aide à la recherche
Accueil > 7807 affiches > [Le Contre-journal, n° 14]

[Le Contre-journal, n° 14]

Image (fixe ; à 2 dimensions)
titre :
[Le Contre-journal, n° 14]
adresse :
. — Toulouse : le Contre-journal, (Imprimerie 34__ (Toulouse : 1973-2014))
description technique (h × l) :
. — 1 affiche (sérigr.) : n. et b. ; 99 × 65 cm
notes :
descriptif :


[ Journal mural avec texte et dessins ]

texte :

Le Contre-Journal n° 14

Tous les mois, sur les murs de votre quartier

Travaille !

[…]

Toute la vie donner sont temps, ses forces pour un boulot stupide et obligatoire que l’on choisi pour nous. Jamais de repos. Jamais de trêve tant qu’il reste un peu de vie. Il faut la donner…

[…]

jusqu’à en crever

Foix : un peintre [projeté] par une décharge de 60 000 volts fait une chute mortelle de 8 mètres

Metodecor : un ouvrier tombé dans une cuve, meurt brulé

Toulouse : un manœuvre travaillant à la construction d’un pont fait une chute mortelle dans la Garonne. Un ouvrier tué par la flèche d’une grue qui n’avait pas été arrimée

Saint-Gaudens : trois ouvriers tombent d’un échafaudage

Le 27 septembre, à 13 h 45, P. Antunez, père de 7 enfants tué par le train alors qu’il travaillait sur un chantier de l’entreprise Mortera

1200 accidents du travail dans notre région que l’on cache ou dont on parle très peu. Si on en parle, c’est pour accuser le mort ou l’accidenté
— La télévision prétend que c’est l’alcool qui est responsable
— L’inspecteur du travail parle d’imprudence ou de fatalité
— Les flics cherchent le suicide

Jamais le patron n’est inquiété, il ne risque rien, même financièrement

Il peut continuer à faire des économies sur les mesures de sécurité et à jouer avec la peau des travailleurs.

ils sauront t’enterrer

[personnages (patrons) devant une tombe :]
« Monsieur, si vous saviez la sécurité ça coute cher à l’État et puis il y a des imprudents. C’est triste mais on n’y peut rien »
« Il a peut-être cherché à se suicider. Encore un ouvrier qui buvait »
« C’est la fatalité »
« Je me demande comment il a fait son compte »
« Avec ça, on a perdu l’après-midi sur le chantier ! »
« Un ouvrier, c’est comme une machine, ça se remplace »
« Pour que l’entreprise tourne bien, il faut bien sacrifier quelques ouvriers que voulez-vous ! »
« Y’a pas que chez moi, il y a aussi des morts sur les routes. »

Les assassinés du travail seront vengés…


sources :
 
cotes :

Aff0904, Aff1836 - 204909 (cira L)



Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones