* aide à la recherche
Accueil > 6688 affiches > [Granado et Delgado, les Sacco et Vanzetti espagnols. Pour ne pas perdre la (...)]

[Granado et Delgado, les Sacco et Vanzetti espagnols. Pour ne pas perdre la mémoire, le 1er mars à Paris]

Image (fixe ; à 2 dimensions)
titre :
[Granado et Delgado, les Sacco et Vanzetti espagnols. Pour ne pas perdre la mémoire, le 1er mars à Paris]
adresse :
. — Les Lilas ; Paris : Asociación Pro-Revisión Proceso Granado-Delgado (1998-....) : Mémoire sociale, [ca  ]
description technique (h × l) :
. — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (quadri : texte en défonce, papier blanc) ; 42 × 30 cm
notes :
descriptif :
Symbole(s) utilisé(s) :

[ texte ; photos (portraits : Delgado, Granado + garrot) ]

texte :

Granado et Delgado

les Sacco et Vanzetti espagnols

Pour ne pas perdre la mémoire…

le 1er mars à Paris

Prison de Carabanchel, Madrid, aube du 17 aout 1963. À cinq heures du matin, le sinistre garrot enserre la gorge de Francisco Granado. « Traumatisme bulbaire » atteste le médecin légiste. Quelques minutes plus tard, c’est au tour de Joaquin Delgado de subir le même sort. La dictature s’offre deux nouvelles victimes en cette 24e année de la victoire franquiste.

Francisco Granado était un émigrant espagnol — et Joaquin Delgado — un fils d’exilés — tous deux liés aux milieux anarchistes espagnols qui, au début des années 60, penchaient pour l’action directe et s’étaient retrouvés, à Madrid. Le premier, était arrivé de France pour réceptionner des explosifs devant être utilisés dans un attentat contre Franco. Le second, à cause de l’échec des préparatifs de cet attentat, était arrivé quelques semaines plus tard pour organiser le retour de son camarade. Mais, avant qu’ils puissent retourner en France, deux charges d’explosifs — déposées par deux autres anarchistes — explosèrent dans la capitale espagnole. Le régime ne pouvait laisser un tel affront impuni et la répression se déchaîna, s’acharnant sur deux innocents.

La transition démocratique a imposé un pacte de silence sur la période de la dictature fasciste. La réhabilitation de Granado et Delgado est pour leurs compagnons et leur famille un devoir de justice.

13 h 30, sur Radio libertaire - 89.4
Dans le cadre des « Chroniques rebelles », une émission animée par Christiane Passevant et Daniel Pinós sera conscrée à Granado et Delgado, avec Antonio Martin et des animateurs du « Grupo pro-revisón del processo Granado-Delgado »

16 h 30, à l’Espace Louise Michel, 42 ter, rue des Cascades, Paris 20e)

  • Exposition d’affiches et de panneaux sur l’Affaire Granado et Delgado
  • Projection du documentaire Un Crime légal : l’affaire Granado-Delgado.
  • Information sur la campagne en cours en Espagne par les animateurs du « Grupo pro-revisón del processo Granado-Delgado ».
  • Débat présenté par Franck Mintz.

Pour toute information, contacter :
Antonio Martin Bellido
La mémoire sociale,
BP 78 - 93260 Les Lilas


sources :

1er mars 2003 ? (ou 1997). L’« Asociación Pro-Revisión Proceso Granado-Delgado » a été fondée en 1998 ; rapport avec le « grupo » ?

cotes :

Aff2871 - 306818 (cira L)


[ca  2000]
Affiche liée


Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones