* aide à la recherche
Accueil > 6708 affiches > [Des anarchistes au électeurs]

[Des anarchistes au électeurs]

Image (fixe ; à 2 dimensions)
titre :
[Des anarchistes au électeurs]
adresse :
. — Paris : [s.n.],
description technique (h × l) :
. — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (une : papier violet) ; x × y cm
notes :
descriptif :


[ texte ; papier lilas ]

texte :

Des anarchistes au électeurs

Nous crions toujours la même chose : il ne faut pas voter, parce que voter, c’est se donner un maître, par suite se condamner à lui obéir. — Du jour où un homme est investi d’une fonction quelconque : — 1° Il se pourrit dans le milieu gouvernemental — absolument comme une belle et saine fille, que l’on mettrait dans une maison de tolérance. — 2° Il se sert de l’autorité que vous lui avez concédée, et par conséquent en abuse : de même un camarade qui passe chef à l’usine, vous traite bientôt en chien, et à l’occasion vous met à la porte. — Un soldat qui obtient un grade, vous met à la salle de police, après avoir été votre meilleur camarade.

D’ailleurs, que nous a donné le suffrage, dit universel, depuis 40 ans que nous en usons ? Rien. — Notre misère, au contraire, augmente de plus en plus.

Nous pourrons voter des siècles et des siècles, sans obtenir le moindre changement : donc, refusons notre sanction à l’Autorité ; passons-nous de gouvernement.

Oui, dira-t-on, mais par quoi remplacerez-vous le gouvernement ? — C’est comme si l’on demandait par quoi l’on remplacerait une bande de brigands organisée, qui pillerait, rançonnerait toute une contrée.

Mais comment une société sans gouvernement pourra-t-elle fonctionner ? — Comme aujourd’hui ! Les ouvriers porteront leurs produits dans des magasins appropriés pour leur métier, et prendront tout ce qui leur est nécessaire dans les magasins des autres professions. Ce mode de faire, supprimera la monnaie, une des causes principales de toutes les iniquités qui se commettent.

Oui, mais dans les villes, on ne fabrique que des objets manufacturés, comment subsistera-t-on ? — En faisant l’échange avec les travailleurs des campagnes : on leur fournira les produits manufacturés, habillements, instruments aratoires, etc., et ils nous fourniront les produits de la terre.

Les produits sont-ils assez abondants ? — Les produits pour la consommation, sont plus du double des besoins : les objets manufacturés, sont plus du triple des demandes. Qu’est-ce que ça sera, quand l’on aura intérêt à mettre la machine partout ?

Mais les hommes sont méchants, ils ne s’accorderont pas, ils se disputeront les produits ? — Est-ce qu’on se dispute, près d’une rivière, pour puiser de l’eau ; se bat-on, pour respirer plus d’air que son voisin ? — Quand tous les produits seront à discrétion, comme l’eau et l’air, on ne se disputera plus.

Et cette manière de faire supprimera le fonctionnarisme : police, gendarmes, armée, douane, etc., et donnera, par ce fait, des bras de plus au travail utile ; — supprimera le vol dans sa base. Là où il n’y a rien à voler, il n’y a pas de voleur. — Le fonctionnarisme n’a sa raison d’être que parce que la propriété individuelle existe, et qu’il faut empêcher aux déshérités de prendre le fruit de leur travail.

Mais l’on gaspillera les produits ? — Cela nous représente l’apprenti pâtissier rentrant chez un patron et mangeant des gâteaux à s’en rendre malade ; il arrive à se modérer tout seul et bientôt à ne plus en abuser. — Une chose ne fait plus envie, quand on peut l’avoir à discrétion.

Mais il y aura des paresseux ? — On calcule que dans l’état actuel du machinisme (tiré des statistiques officielles), il suffirait à chacun, pour vivre, de travailler une demi-heure par jour, au maximum. — Quel est celui qui ne le fera pas de bonne volonté, ayant la faculté de la faire quand ça lui fera plaisir, et en reconnaissant la nécessité ?

Pour arriver à cette société, il faut se « passer* » des gouvernements, de la même manière que nos pères de 89 ont abattu l’Autorité du Clergé et des Nobles — c’est-à-dire par la force, par la Révolution Sociale, — et non par un bulletin de papier.

Il faut s’emparer de la terre et de l’usine et produire :

Un pour tous, tous pour un

Comme la révolution s’avance à grands pas, étudions la Questions sociale, pour ne pas la laisser escamoter — comme les précédentes — par les rastaquouères de la Politique, — se diraient-ils socialistes-révolutionnaires.

Vive la Révolution sociale & l’Anarchie !

Élections législatives du 22 septembre 1889.

Vu : le candidat (pour la forme) :

Arrondissement.

Circonscription.

(*) Les électeurs comprendront ce que nous avons voulu dire par « se passer » de… — La liberté de la presse donne la liberté d’écrire « moyennant que l’on ne dise pas ce qu’il faut faire de cette latrine »

N.-B. — Les quelques idées émises ci-dessus méritent d’être approfondies ; à cet effet, nous convions tous les ouvriers à venir les étudier avec nous, ainsi que beaucoup d’autres, que faute de place, nous n’avons pu donner un aperçu.

Impr. G. Brunet. 25, rue Stephenson.


sources :

Archives de la préfecture de police (Paris).

Affiche (APP : Ba 76) citée dans la note 38 de la page 235 de : Angenot, Marc.— Topographie du socialisme français, 1889-1890. — nouvelle éd. — Montréal : Discours social, 2005. — 347 p.

cotes :

APP



Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones