Bontemps, Charles-Auguste (1893-1981)

 

in Dictionnaire des militants anarchistes : BONTEMPS Auguste, Charles, Marcel dit “{Charles-Auguste” ; “CHAB” ; “MINXIT}”
Né le 9 février 1893 à Billy-sur-Oisy (Nièvre) - mort le 14 octobre 1981 - Comptable ; correcteur d’imprimerie - FA - CGT - Paris

Orphelin de père (mort dans un accident du travail), à l’âge de sept ans, Charles-Auguste Bontemps vécu pauvrement avec sa mère et sa soeur des subsides de son grand-père maternel qui disposait des revenus modestes de sa vigne et de son jardin et d’une pension annuelle de 1 200 F. qu’il recevait au titre d’ancien déporté de 1851. Son instituteur lui donna le goût de la lecture : " je dévorais […] tout ce que je pouvais ingurgiter, mal ou bien, de Rousseau, du Voltaire conteur, de Vigny, (…)

Au moins 51 ouvrages recensés dans le Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones.
Au moins 26 revues francophones parues sous ce nom (voir sur le site Bianco).

 

Affichage par année

16 affiches :

 








    [Qu’il aille au diable ! Et qu’avec lui disparaisse pour toujours son abominable régime Nous n’aurons de cesse... que la dictature soit répudiée en Espagne]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Qu’il aille au diable ! Et qu’avec lui disparaisse pour toujours son abominable régime Nous n’aurons de cesse... que la dictature soit répudiée en Espagne]. — [S.l.] : Comité pour l’Espagne libre, (EP [Éditions Polyglottes]). — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (deux  : rouge , noir , papier blanc ) ; 160 × 115 cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  : CIRA (Lausanne)
    • Liste des thèmes  :
    • Géographie, géopolitique et Histoire  : Espagne
    • Noms cités (± liste positive)  : Bontemps, Charles-Auguste (1893-1981)  ; Bourdet, Claude (1909-1996)  ; Breton, André (1896-1966)  ; Cotereau-Viala, Jean (1898-1979)  ; Forestier, Denis (1911-1978)  ; Galtier-Boissière, Jean (1891-1966)  ; Joyeux, Maurice (1910-1991)  ; Lebesque, Morvan (1911-1970)  ; Lecoin, Louis (1888-1971)  ; Montaron, Georges (1921-1997)  ; Torrès, Henry (1891-1966)
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :
    Symbole(s) utilisé(s) :

    [ texte (très long) ; photo : Hitler et Franco saluent des soldats allemands ]

    texte :

    Qu’il aille au diable !

    Et qu’avec lui disparaisse pour toujours son abominable régime, chancre de l’Europe

    Trente années de crimes accompagnant les pas de Franco, plus de trois cents mois de forfaits perpétrés dans son sillage, c’est assez, c’est trop, cela ne peut durer. Il faut accourir au secours d’une population écrasée de malheurs par un potentat papelard, fasciste de surcroît et hitlérien.

    Que Franco subisse le sort de Mussolini ou celui des condamnés à mort de Nuremberg, qu’il se retire dans une lointaine et obscure retraite, peu nous chaut, pourvu que les Espagnols débarrassés du poids de son odieuse présence retrouvent au plus tôt le goût et les possibilités de vivre.

    Franco le protégé et le complice d’Hitler aurait d’ailleurs intérêt à se faire oublier

    Hitler créa Franco en 1936-1939

    Voyez-le paradant en compagnie de l’autre monstre en gare d’Hendaye à la fin de 1940.

    [photo d’Hitler et Franco saluant des soldats allemands à Hendaye]

    Honteuse collusion, héritage sanglant qui ne lui donnent pas le droit de martyriser les antifascistes supportant mal son joug accablant

    Franco prolonge Hitler en 1964

    Une entente entre nations a toujours été souhaitable, mais pas entre deux misérables gredins et scellée dans le sang des hommes. Celle qui s’amorce présentement entre la France et l’Allemagne remporte, au contraire, notre adhésion et nous en saluons l’aurore, tout en regrettant qu’elle ne se fit pas au début du siècle, alors qu’elle nous eût valu une ère de paix éminemment profitable aux individus comme aux peuples.

    Franco ayant bouclé ses malles et quitté le pays à jamais ; la liberté ayant reconquis ses droits dans la péninsule ibérique enfin purifiée ; la presse, les syndicats, les diverses organisations, la pensée ayant retrouvé leur expression première ; les prisons ayant largement ouvert leurs portes et les exilés étant de retour dans leur patrie d’origine, un très long cauchemar aura cessé et la paix mondiale y trouvera son compte.

    Nous n’aurons de cesse que ce soit vrai ! Que la dictature soit répudiée en Espagne !

    Le Comité pour l’Espagne libre et tous ses membres : Colette Audry, Vincent Auriol, Claude Autant-Lara, Robert Barrat, Ch.-Aug. Bontemps, Claude Bourdet, André Breton, Jean Cassou, Jean Cotereau, Denis Forestier, Jean Galtier-Boissière, Maurice Joyeux, Alfred Kastler, Henri Laugier, Morvan Lebesque, Louis Martin-Chauffier, Georges Montaron, Jean Paulhan, André Philip, Emmanuel Roblès, Laurent Schwartz, Manès Sperber, le bâtonnier Thorp, Henry Torres, Robert Treno.

    S’adresser, pour le Comité, à Louis Lecoin, 20, rue Alibert, Paris 10e

    Idealia, 5, rue F.-Buisson, Clichy - PER. 56-09


    sources :

    L’affiche en image, imprimé au dos d’une autre (« Espagne aujourd’hui ; Qu’il aille au diable ! », 43 × 28 cm), est peut-être un essai à la mise en page légèrement différente ; il existe des exemplaires en 2 couleurs. Voir : Espagne 1936-1975 : les affiches des combattant-e-s de la liberté : tome 2. Éditions libertaires, 2007. p. 150.

    Il existe une 3e version de l’affiche, avec un texte encore légèrement différent : voir plus bas.


    1952
    Affiche liée





    [Pour une Espagne libre à l’échelle démocratique et humaine. Grande réunion d’information]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Pour une Espagne libre à l’échelle démocratique et humaine. Grande réunion d’information]. — Limoges : Comité pour l’Espagne libre, . — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (deux  : rouge , noir , papier blanc ) ; 75 × 55 cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  : CIRA (Lausanne)
    • Liste des thèmes  :
    • Géographie, géopolitique et Histoire  : Espagne
    • Noms cités (± liste positive)  : Bontemps, Charles-Auguste (1893-1981)  ; Dechezelles, Yves (1912-2007)  ; Forestier, Denis (1911-1978)  ; LLopis Ferrandis, Rodolfo  ; Montseny Mañé, Federica (1905-1994)
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    [ texte annonçant une réunion le vendredi 26 mars 1965 à Limoges, sous la présidence de Michel Bouchareissas, Syndicat national des instituteurs ]

    texte :

    Pour une Espagne libre à l’échelle démocratique et humaine

    • Pour manifester notre solidarité au peuple espagnol en lutte pour ses libertés ;
    • Pour que s’ouvrent les portes des prison espagnoles afin que les nombreux emprisonnés politiques et sociaux recouvrent leur liberté dont certains sont privés depuis près de trente ans ;
    • Pour que les centaines de milliers de proscrits retrouvent leur pays et leur famille ;
    • Pour qu’enfin le totalitarisme franquiste cède définitivement devant les exigences de la liberté.

    Le comité départemental pour l’Espagne libre vous appelle à assister nombreux à la

    Grande réunion d’information

    qui aura lieu à Limoges, le vendredi 26 mars 1965, à 20 h 45, salle du cinéma « Le Paris », sous la présidence de Michel Bouchareissas, secrétaire départemental du Syndicat national des instituteurs

    Avec la participation de Ch.-Aug. Bontemps, Me Yves Dechezelle, Denis Forestier, Rodolphe Llopis, Federica Montseny

    Le Comité départemental pour l’Espagne libre :
    Marcel Boissou, Michel Bouchareissas, André Buisson, Anne Bur, Dr Henri Chadourne, Jean Chenard, Michel Coignac, Albert Courty, Me Gaston Charlet, Me Michel Ducourtieux, Gilbert Duroudier, André Ferré, Georges Freseau, Mme Fernande Gœtchel, Serge Jofre, Henri Lafarge, Jean Laurat, Dr J.-P. Lenoir, Adrien Mazière, René Nicot, Robert Normand, Roger Penot, Adrien Perrissaguet, Auguste Pialloux, Georges Pons.

    Entré libre et gratuite

    Les Presses Rapides - Limoges


    sources :
     




    [Espagne aujourd’hui ; Qu’il aille au diable !]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Espagne aujourd’hui ; Qu’il aille au diable !]. — Limoges : Comité pour l’Espagne libre : Escuela moderna (Calgary & Montréal : La), [ ?] (EP [Éditions Polyglottes]). — 1 affiche (impr. photoméc.) : n. et b. ; 43 × 28 cm.

    • Affiches par pays  : Canada  ; France
    • Lieux d’archivages  : CIRA (Lausanne)
    • Liste des thèmes  : mort
    • Géographie, géopolitique et Histoire  : Espagne
    • Noms cités (± liste positive)  : Bontemps, Charles-Auguste (1893-1981)  ; Bourdet, Claude (1909-1996)  ; Breton, André (1896-1966)  ; Cotereau-Viala, Jean (1898-1979)  ; Forestier, Denis (1911-1978)  ; Galtier-Boissière, Jean (1891-1966)  ; Joyeux, Maurice (1910-1991)  ; Lebesque, Morvan (1911-1970)  ; Lecoin, Louis (1888-1971)  ; Montaron, Georges (1921-1997)
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    1964 1 affiche n/b Comité pour l’Espagne libre

    [ photo Franco et Hitler + texte (voir aussi autres versions) ; au dos, Espagne aujourd’hui : dessin d’un bourreau et d’un garrot ]

    texte :

    [recto]

    Espagne aujourd’hui

    [dessin de garotté :] Spagna oggi

    Escuela Moderna - Montréal - Canada


    [verso]

    Qu’il aille au diable !

    Et qu’avec lui disparaisse pour toujours son abominable régime, chancre de l’Europe

    Trente années de crimes accompagnant les pas de Franco, plus de trois cents mois de forfaits perpétrés dans son sillage, c’est assez, c’est trop, cela ne peut durer. Il faut accourir au secours d’une population écrasée de malheurs par un potentat papelard, fasciste de surcroît et hitlérien également.

    Que Franco subisse le sort de Mussolini ou celui des condamnés à mort de Nuremberg, qu’il se retire dans une lointaine et obscure retraite, peu nous chaut, pourvu que les Espagnols débarrassés du poids de son odieuse présence retrouvent au plus tôt le goût et les possibilités de vivre.

    Franco le protégé et le complice d’Hitler aurait d’ailleurs intérêt à se faire oublier

    Hitler créa Franco en 1936-1939

    Voyez-le en compagnie de l’autre monstre en gare d’Hendaye à la fin de 1940.

    [photo d’Hitler et Franco saluant des soldats allemands à Hendaye]

    Honteuse collusion, héritage sanglant qui ne lui donnent pas le droit de martyriser les antifascistes supportant mal son joug accablant.

    Franco prolonge Hitler en 1964

    Une entente entre nations a toujours été souhaitable, mais pas entre deux misérables gredins et scellée dans le sang des hommes. Celle qui s’amorce présentement entre la France et l’Allemagne remporte, au contraire, notre adhésion et nous en saluons l’aurore, tout en regrettant qu’elle ne se fit pas au début du siècle — alors qu’elle nous eût valu une ère de paix éminemment profitable aux individus comme aux peuples.

    Franco ayant bouclé ses malles et quitté le pays à jamais ; la liberté ayant reconquis ses droits dans la péninsule ibérique enfin purifiée ; la presse, les syndicats, les diverses organisations, la pensée ayant retrouvé leur expression première ; les prisons ayant largement ouvert leurs portes et les exilés étant de retour dans leur patrie d’origine, un très long cauchemar aura cessé et la paix mondiale y trouvera son compte.

    Nous n’aurons de cesse que ce soit vrai ! Que la dictature soit répudiée en Espagne !

    Le Comité pour l’Espagne libre et tous ses membres : Colette Audry, Vincent Auriol, Claude Autant-Lara, Robert Barrat, Ch.-Aug. Bontemps, Claude Bourdet, André Breton, Jean Cassou, Jean Cotereau, Denis Forestier, Jean Galtier-Boissière, Maurice Joyeux, Alfred Kastler, Henri Laugier, Morvan Lebesque, Louis Martin-Chauffier, Georges Montaron, Jean Paulhan, André Philip, Emmanuel Roblès, Laurent Schwartz, Manès Sperber, le bâtonnier Thorp, Henry Torres, Robert Treno.

    S’adresser, pour le Comité, à Louis Lecoin, 20, rue Alibert, Paris 10e

    Imp. « EP », 232, rue de Charenton, Paris 12e


    sources :

    Reproduction de l’affiche du Comité pour l’Espagne libre (1964), probablement après le garrotage de Puig Antich (1974) qui semblait avoir été imprimée au dos d’une autre (« Qu’il aille au diable ! Et qu’avec lui disparaisse pour toujours son abominable régime Nous n’aurons de cesse... que la dictature soit répudiée en Espagne », 160 × 115 cm)