Domela Nieuwenhuis, Ferdinand (1846-1919)

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ferdinand_Domela_Nieuwenhuis

in Dictionnaire des militants anarchistes : NIEUWENHUIS, Ferdinand, Domela
Né à Amsterdam le 31 décembre 1846– mort le 18 novembre 1919 — Pasteur — Hollande

Fils de pasteur, Domela Nieuwenhuis avait étudié la théologie à Amsterdam. Il fut profondément marqué par la mort de sa mère en 1857, puis de son père en 1869.
Pasteur luthérien antimilitariste, Domela Nieuwenhuis fut le fondateur en 1870 d’une Ligue pour la paix. Enthousiasmé par la Commune de Paris, il appuya les mouvements de grève en Hollande ainsi que la campagne menée par Multatuli en faveur des émigrés javanais exploités par le colonialisme néerlandais. Après avoir rompu en 1878 (…)

Au moins 15 ouvrages recensés dans le Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones.
Au moins 34 revues francophones parues sous ce nom (voir sur le site Bianco).
Au moins 24 cartes postales anarchistes parues avec ce nom. Voir sur Cartoliste.
Almeno 2 periodici in lingua italiana pubblicati su questo nome (vedere sul sito Bettini).
Au moins 1 périodique espagnol publié avec ce nom entre 1869 et 1939 (vedere sul sito Madrid-Santos).
Au moins 5 objets recensés dans Ephemera.

 

Affichage par année

11 affiches :

 



    [L’Internationale anarchiste et la guerre]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    L’Internationale anarchiste et la guerre]. — London Londres : [s.n.], . — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (une  : noir , papier jaune ) ; 38 × 24 cm.

    • Affiches par pays  :
    • Lieux d’archivages  : CIRA (Lausanne)
    • Liste des thèmes  : guerre (généralités)  ; internationalisme
    • Géographie, géopolitique et Histoire  : guerres : Guerre mondiale , 1 (1914-1918)
    • Noms cités (± liste positive)  : Abbott, Leonard D.  ; Ballard "Barret", George (1888-1917)  ; Berkman, Alexander (1870-1936)  ; Bernard, Georges  ; Bernardo, A.  ; Bersani, L.  ; Bertoni, Luigi = Bertoni, Louis (1872-1947)  ; Boudot, Édouard (1886-1974)  ; Calzitta, A.  ; Ciele van Diepen, Nestor  ; Cohen, Joseph Jacob (1878-1953)  ; Combes, Henry (1887-1925)  ; Domela Nieuwenhuis, Ferdinand (1846-1919)  ; Dunn "Fred Watson", Fred William (1884-1925)  ; Frigerio, Carlo (1878-1966)  ; Garcia, Vicente (1866-1930)  ; Goldman, Emma (1869-1940)  ; Havel, Hippolyte (1871-1950)  ; Keell, Thomas Henry (1866-1938)  ; Kelly, Harry (1871-1953)  ; Lemaire, Jules  ; Malatesta, Errico (1853-1932)  ; Marquez, A.  ; Paravich, Noël  ; Recchioni, Emidio "Nemo" (1864-1934)  ; Rijnders, Gerhard (1876-1950)  ; Rochtchine, I.  ; Savioli, A.  ; Schermerhorn, V. J. C.  ; Shapiro, Alexandre (1822-1946)  ; Shatoff, William  ; Trombetti, C.  ; Vallina Martinez, Pedro (1879-1970)  ; Vignati, Giuseppe  ; Wolfe [Woolf], Lilian Gertrude (1875-1974)  ; Yanovsky, Saul (1864-1939)
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    [ texte ( manifeste de l’Internationale Anarchiste ; prise de position contre la guerre) ]

    texte :

    L’Internationale anarchiste et la guerre

    L’Europe en feu, une dizaine de millions d’hommes aux prises dans la plus effroyable boucherie qu’ait jamais enregistré l’histoire, des millions de femmes et d’enfants en larmes, la vie économique, intellectuelle et morale de sept grands peuples brutalement suspendue, la menace chaque jour plus grave de complications militaires nouvelles, — tel est, depuis sept mois, le pénible, angoissant et odieux spectacle que nous offre le monde civilisé.

    Mais spectacle attendu, au moins par les anarchistes. Car pour eux il n’a jamais fait et il ne fait aucun doute — les terribles évènements d’aujourd’hui fortifient cette assurance — que la guerre est en permanente gestation dans l’organisme social actuel et que le conflit armé, restreint ou généralisé, colonial ou européen, est la conséquence naturelle et l’aboutissant nécessaire et fatal d’un régime qui a pour base l’inégalité économique des citoyens, repose sur l’antagonisme sauvage des intérêts, et place le monde du travail sous l’étroite et douloureuse dépendance d’une minorité de para-sites, détenteurs à la fois du pouvoir politique et de la puissance économique.

    La guerre était inévitable : d’où qu’elle vint, elle devait éclater. Ce n’est pas en vain que depuis un demi-siècle, on prépare fiévreusement les plus formidables armements et que l’on accroît tous les jours davantage les budgets de la mort. À perfectionner constamment. le matériel de guerre, à tendre continûment tous les esprits et toutes les volontés vers la meilleure organisation de la machine militaire, on ne travaille pas à la paix.

    Aussi est-il naïf et puéril, après avoir multiplié les causes et les occasions de conflits, de chercher à établir les responsabilités à tel ou tel gouvernement. Il n’y a pas de distinction possible entre les guerres offensives et les guerres défensives. Dans le conflit actuel, les gouvernements de Berlin et de Vienne se sont justifiés avec des documents non moins authentiques que les gouvernements de Paris, de Londres et de Pétrograd. C’est à qui de ceux-ci et de ceux-là produira les documents les plus indiscutables et les plus décisifs pour établir sa bonne foi et se présenter comme l’immaculé défenseur du droit et de la liberté, le champion de la civilisation.

    La civilisation ? Qui donc la représente en ce moment ? Est-ce l’État Allemand avec son militarisme formidable et si puissant qu’il a étouffé toute velléité de révolte ? Est-ce l’État Russe dont le knout, le gibet et la Sibérie sont les seuls moyens de persuasion ? Est-ce l’État Français, avec Biribi, les sanglantes conquêtes du Tonkin, de Madagascar, du Maroc, avec, le recrutement forcé des troupes noires ; la France qui retient dans ses prisons. depuis des années, des camarades coupables seulement d’avoir écrit et parlé contre la guerre ? Est-ce l’Angleterre qui exploite, divise, affame et opprime les populations de son immense empire colonial ?

    Non. Aucun des belligérants n’a le droit de se réclamer de la civilisation, comme aucun n’a le droit de se déclarer en état de légitime défense.

    La vérité, c’est que la cause des guerres, de celle -qui ensanglante actuellement les plaines de l’Europe, comme de toutes celles qui l’ont précédée, réside uniquement dans l’existence de l’État, qui est la forme politique du privilège.

    L’État est né de la force militaire ; il s’est développé en se servant de la force militaire ; et c’est encore sur la force militaire qu’il doit logiquement s’appuyer pour maintenir sa toute-puissance. Quelle que soit la forme qu’il revête, l’État n’est que l’oppression organisée au profit d’une minorité de privilégiés. Le conflit actuel illustre ceci de façon frappante : toutes les formes de l’État se trouvent engagées dans la guerre présente : l’absolutisme avec la Russie, l’absolutisme mitigé de parlementarisme avec l’Allemagne, l’État régnant sur des peuples de races bien différentes avec l’Autriche, le régime démocratique constitutionnel avec l’Angleterre et le régime démocratique républicain avec la France.

    Le malheur des peuples, qui pourtant étaient tous profondément attachés à la paix, est d’avoir eu confiance en l’État avec ses diplomates intrigants, en la démocratie et partis politiques (même d’opposition comme le socialisme parlementaire), pour éviter la guerre. Cette confiance a été trompée à dessein et elle continue à l’être lorsque les gouvernants, avec l’aide de toute leur presse, persuadent leurs peuples respectifs que cette guerre est une guerre de libération.

    Nous sommes résolûment contre toute guerre entre peuples et, dans les pays neutres, comme l’Italie, où les gouvernants prétendent jeter encore de nouveaux peuples dans la fournaise guerrière, nos camarades se sont opposés, s’opposent et s’opposeront toujours à la guerre avec la dernière énergie.

    Le rôle des anarchistes, quel que soit l’endroit ou la situation dans laquelle ils se trouvent, dans la tragédie actuelle, est de continuer à proclamer qu’il n’y a qu’une seule guerre de libération : celle qui, dans tous les pays, est menée par les opprimés contre les oppresseurs, par les exploités contre les exploiteurs. Notre rôle c’est d’appeler les esclaves à la révolte contre leurs maîtres.

    La propagande et l’action anarchistes doivent s’appliquer avec persévérance à affaiblir et à désagréger les divers États, à cultiver l’esprit de révolte et à faire naître le mécontentement dans les peuples et dans les armées.

    À tous les soldats de tous les pays qui ont la foi de combattre pour la justice et la liberté, nous devons expliquer que leur héroïsme et leur vaillance ne serviront qu’à perpétuer la haine, la tyrannie et la misère.

    Aux ouvriers de l’Usine il faut rappeler que les fusils qu’ils ont maintenant entre les mains ont été employés contre eux dans les jours de grève et de légitime révolte, et qu’ensuite ils serviront encore contre eux pour les obliger à subir l’exploitation patronale.

    Aux paysans, leur montrer qu’après la guerre il faudra encore une fois se courber sous le joug, continuer à cultiver la terre de leurs seigneurs et à nourrir les riches.

    À tous les parias, qu’ils ne doivent pas lâcher leurs armes avant d’avoir réglé des comptes avec leurs oppresseurs, avant d’avoir pris la terre et l’usine pour eux.

    Aux mères, compagnes et filles, victimes d’un surcroît. de Misère et de privations, montrons quels sont les vrais responsables de leurs douleurs et du massacre de leurs pères, fils et maris.

    Nous devons profiter de tous les mouvements de révolte, de tous les mécontentements, pour fomenter l’insurrection, pour organiser la révolution de laquelle nous attendons la fin de toutes les iniquités sociales. Pas de découragement — même devant une calamité comme la guerre actuelle !

    C’est dans des périodes aussi troublées, où des milliers d’hommes donnent héroïquement leur vie pour une idée, qu’il faut que nous montrions à ces hommes la générosité, la grandeur et la beauté de l’idéal anarchiste ; la justice sociale réalisée par l’organisation libre des producteurs ; la guerre et le militarisme à jamais supprimés, la liberté entière conquise par la destruction totale de l’État et de ses organismes de coercition.

    Vive l’Anarchie !

    Leonard D. Abbott, Alexander Berkman, L. Bertoni, L. Bersani, G. Bernard, A. Bernardo, G. Barret, E. Boudot, A. Calzitta, Joseph J. Cohen, Henry Combes, Nestor Ciele van Diepen, F. W. Dunn, Ch. Frigerio, Emma Goldman, V. Garcia, Hippolyte Havel, T. H. Keell, Harry Kelly. J. Lemaire, E. Malatesta, A. Marquez, F. Domela Nieuwenhuis, Noel Paravich, E. Recchioni, G. Rijnders, I. Rochtchine, A. Savioli, A. Schapiro, William Shatoff, V. J. C. Schermerhorn, C. Trombetti, P. Vallina, G. Vignati, L. G. Woolf, S. Yanovsky.

    Londres, février 1915.

    Nous prions la presse anarchiste de tous le pays de vouloir bien reproduire ou traduire ce manifeste qui n’est publié qu’en allemand, anglais et français.


    sources :

    Texte aussi appelé « Manifeste des 35 » vs le « Manifeste des 16 » qui soutenait la guerre contre l’Allemagne.



    [Jeunesse anarchiste]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Jeunesse anarchiste]. — Paris : Le Libertaire (1895-1939) : UA__ - UAC_ - UACR (Union anarchiste… [communiste] [révolutionnaire]), . — 1 affiche (impr. photoméc.) : n. et b. ; x × y cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  :
    • Liste des thèmes  : presse  ; propagande
    • Géographie, géopolitique et Histoire  :
    • Noms cités (± liste positive)  : Briand, Aristide (1862-1932)  ; Domela Nieuwenhuis, Ferdinand (1846-1919)  ; Faure, Sébastien (1858-1942)  ; France, Anatole (1844-1924)  ; Girault, Ernest (1871-1933)  ; Morat, E. D. (1882-1946)  ; Tolstoï, Léon (1828-1910)
    • Presse citée  : Libertaire (1895-1939), Le
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    [ texte (10 citations de Clemenceau, Laforgue, Anatole France, E. Renan, A. Briand, Tolstoï, E-D Morat, Domela Nienwenhuis, Sébastien Faure, E. Girault) ]

    texte :

    jeunesse anarchiste
    Après tout, les anarchistes ont raison : les pauvres n’ont pas de patrie.
    G. Clemenceau.
    camarade, lis « Le Libertaire »


    jeunesse anarchiste
    Les armées modernes, quand elles ne sont pas employées au brigandages coloniaux, ne servent qu’à protéger la propriété capitaliste.
    Laforgue.
    camarade, lis « Le Libertaire »


    jeunesse anarchiste
    L’armée c’est l’école du crime
    Anatole France.
    camarade, lis « Le Libertaire »


    jeunesse anarchiste
    Je n’aurais pu être soldat, j’aurais déserté ou je me serais suicidé.
    E. Renan.
    camarade, lis « Le Libertaire »


    jeunesse anarchiste
    Et alors, si l’ordre de tirer persistait, si l’officier tenace voulait quand même contraindre la volonté du soldat, ah ! sans doute les fusils pourraient partir, mais ce ne serait pas, peut-être, dans la direction indiquée.
    Aristide Briand.
    camarade, lis « Le Libertaire »


    jeunesse anarchiste
    Ressaisissez-vous, mes frères ! N’écoutez pas les scélérats qui vous contaminent dès votre enfance de l’esprit diabolique du patriotisme.
    Tolstoi.
    camarade, lis « Le Libertaire »


    jeunesse anarchiste
    Qu’est-ce que le soldat ?
    C’est l’être qui, croyant ou ne croyant pas en dieu croit en la patrie ; c’est l’être corrompu et asservi, la brute, c’est l’assassin professionnel, le fratricide.
    E.-D. Morat
    camarade, lis « Le Libertaire »


    jeunesse anarchiste
    Soldats, vous êtes les sentinelles devant les coffres-fort de la bourgeoisie.
    L’armée défend les richesses des banquiers.
    Domela Nienwenhuis.
    camarade, lis « Le Libertaire »


    jeunesse anarchiste
    Combattez la guerre, femme à qui elle enlève .les compagnons que vous aimez ! Mères, combattez la guerre qui assassine vos enfants.
    Sébastien Faure.
    camarade, lis « Le Libertaire »


    jeunesse anarchiste
    La guerre ne profite qu’aux gouvernants, aux capitalistes et aux prêtres ; c’est la ruine pour les paysans et les ouvriers ; ceux-ci ne doivent donc jamais y participer.
    E. Girault.
    camarade, lis « Le Libertaire »


    sources :

    Archives nationales F/7/13174, dossier n° 62 :
    https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/media/FRAN_IR_050130/c-22tl67joa--xv7uxwck1lis/FRAN_0020_01886_L

    Planche de « papillons » de juin 1925.



    [Domela ‘88]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Domela ‘88]. — [S.l.] : [s.n.], [ca ]. — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (deux  : rouge , noir , papier blanc ) ; 61 × 36 cm.

    • Affiches par pays  : Pays-Bas
    • Lieux d’archivages  : Anarchief (Gent)  ; CIRA (Lausanne)
    • Liste des thèmes  :
    • Géographie, géopolitique et Histoire  :
    • Noms cités (± liste positive)  : Domela Nieuwenhuis, Ferdinand (1846-1919)
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    [ texte (en rouge) ; photo (en noir : portrait de Ferdinand Domela Nieuwenhuis) ]

    texte :

    Domela ‘88

    Ferdinand Domela Nieuwenhuis

    - de apostel van de Friese arbeiders -
    (onderdeel van Domela ’88 - Manifestatie in Friesland)

    Jaroff Drukwerkmakers Heerenveen.


    sources :
     


    [Een geschenk voor Domela]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Een geschenk voor Domela]. — Heerenveen : Ferdinand Domela Nieuwenhuis museum, . — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (quadri ) ; 55 × 32 cm.

    • Affiches par pays  : Pays-Bas
    • Lieux d’archivages  : Anarchief (Gent)
    • Liste des thèmes  :
    • Géographie, géopolitique et Histoire  :
    • Noms cités (± liste positive)  : Domela Nieuwenhuis, Ferdinand (1846-1919)  ; Kropotkine, Pierre (1842-1921)
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  : exposition
    notes :
    descriptif :


    [ texte ; photo ( plaque commemorative pour Ferdinand Domela Nieuwenhuis) ]

    texte :

    Een geschenk voor Domela

    “Eerlijk strijder voor de rechten der arbeiders, krachtig figuur in de strijd tegen onrecht...”

    20 november 1999 t/m 30 januari 2000

    In 1904 werd Ferdinand Domela
    Nieuwenhuis
    gehuldigd voor zijn
    niet aflatende strijd
    tegen maatschappelijk
    onrecht. Hij ontving
    een heel bijzonder
    vriendenalbum, met
    bijdragen van 76
    bekende tijdgenoten,
    waaronder
    Pierre Kropotkine,
    Frederik van en
    inmiddels beroemde
    kunstenaars als
    Jan Toorop en
    Cees van Dongen.
    Op de expositie zijn
    voor het eerst
    alle 52 originele
    albumbladen te zien.

    Ferdinand Domela Nieuwenhuis museum

    Minckelersstraat 11
    (De Heerenveense School)
    Heerenveen

    telefoon 0513 623408
    www.fdnmuseum.nl


    sources :
     




    [Estragos do Terrorismo, da Guerra e da Religião]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Estragos do Terrorismo, da Guerra e da Religião]. — Lisboa Lisbonne : BOESG (Biblioteca Observatório dos Estragos da Sociedade Globalizada), . — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (deux  : rouge , noir , texte en défonce , papier blanc ) ; x × y cm.

    • Affiches par pays  : Portugal
    • Lieux d’archivages  :
    • Liste des thèmes  : art : cinéma  ; religion et spiritualité (en général)  ; terrorisme
    • Géographie, géopolitique et Histoire  : Allemagne : histoire : 1945-1989 (Ouest )  ; France **  ; Italie
    • Noms cités (± liste positive)  : Berkman, Alexander (1870-1936)  ; Domela Nieuwenhuis, Ferdinand (1846-1919)  ; Malatesta, Errico (1853-1932)
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  : conférence, débat…
    notes :
    descriptif :

     
    texte :

    A BOESG apresenta :

    Estragos do Terrorismo, da Guerra e da Religião

    ★ Cineclube BOEG
    Todas as sextas a partir das 21hn grátis e sem intervalos.

    Fevereiro :

    20

    Il Divo : A vida espetacular de Giulio Andreotti
    Dir. Paolo Sorrentino

    (Il divo : La spettacolare vita di Giulio Andreotti, 2008)

    Il Divo... relata a vida de Giulio Andreotti, cobrindo o percurso do político italiano desde o início da década de 1980 até aos finais da seguinte. Este vibrante filme apresenta um vertiginoso drama até que Andreotti cede o poder a Silvio Berlusconi.

    21

    às 21h
    Debate : Os anarquistas e a guerra
    Reedição do texto Apontamentos sobre Os Anarquistas e a Guerra de José Tavares.
    Apresentação da tradução do manifesto A internacional anarquista e a guerra, de 1915.

    Antes da guerra inter-Estados de 1914-18, os movimentos socialista, sindicalista e anarquista eram declaradamente anti-militaristas, anti-guerra. E, a greve geral revolucionária para impedir a guerra era geralmente aceite. Todavia, quando a guerra estalou rompe-se a solidariedade internacional do movimento operário, e, inclusive, muitos anarquistas adoptaram uma posição « menos intransigente em relação à guerra ». Fenómeno que se irá repetir nas guerras que se seguiram até aos dias de hoje.... O texto que vai ser apresentado e de novo lançado descreve, de modo sucinto, essa história.
    A internacional anarquista e a guerra foi um manifesto contra a guerra de 1914-18 publicado em Fevereiro de 1915. Estava assinado por 36 anarquistas, entre os quais figuravam A. Berkman, E. Goldman. E. Malatesta e D. Nieuwenhuis.
    Debate sobre alguns posicionamentos de anarquistas sobre conflictos actuais (Kobané/Síria/Iraque, Ucrânia, etc.).

    27

    A honra perdida de Katharina Blumm
    Dir. Volker Schloendorff e Margarethe von Trotta

    (Die verlorene Ehre der Katharina Blum, 1975)

    Katharina Blum conhece Ludwig Göette numa festa de carnaval, depois da qual acabam por passar a noite juntos. Na manhã seguinte, o apartamento da jovem é invadido pela polícia. Ludwig desapareceu . Depois de ser interrogada, Katharina é imediatamente rotulada pela imprensa como cúmplice e como terrorista.

    28

    às 21h
    Terrorismo (i)Lógico
    Instalação sonora de José Meireles, José Neves e Mirró Pereira.

    Instalação sonora feita a partir de uma adaptação livre do texto Lógica do Terrorismo de Michel Bounan, uma análise acutilante dos vários actos de terrorismo do século XX. Aproveitando a ocasião será também apresentada uma reedição deste texto, publicado por ACDM/ Pandora.

    Março :

    6

    Confissões de um polícia infiltrado
    (Confessions of an Undercover Cop, 2011)

    Documentário que narra a história de Mark Kennedy, o agente da polícia inglesa que durante 7 anos trabalhou infiltrado em diversos grupos de activismo político em toda a Europa, levando uma vida dupla sem levantar qualquer suspeita durante vários anos.

    7

    às 21h
    Debate : Guerra e Religião
    Apresentação de colectânea de textos sobre os atentados de Paris de Janeiro de 2015.

    Na sequência do ataque ao jornal satírico Charlie Hebdo (e a seguinte recuperação espectacular por parte do mesmo sistema que aquela publicação sempre tinha ridicularizado), diversos colectivos anarquistas franceses redigiram comunicados. A proximidade de algumas das vítimas à galáxia anarquista “obrigaram” à rápida redacção de todo o tipo de textos e opiniões que apresentamos juntos numa brochura, para promover um debate sobre a guerra e a religião e de que “liberdades” ainda podemos falar quando estas duas realidades se misturam.

    [logo : crâne-cuistot] Cantina BOESG
    E sempre para acompanhar : jantares para paladares anti-gourmet.

    BOESG, Biblioteca e Observatório dos Estragos da Sociedade Globalizada
    Rua das Janelas Verdes, n.º 13, 1.º esq. Santos
    boesg.blogspot.pt
    pt-br.facebook.com/Biblioteca.BOESG

    [Logo :] Biblioteca e Observatório dos Estragos da Sociedade Globalizada


    sources :