1938

 

 

15 affiches :

 


    [À la guerre opposons la révolution sociale !]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    À la guerre opposons la révolution sociale !]. — Paris : CGTSR / CGT_ - SR__ (Confédération générale du travail Syndicaliste révolutionnaire : 1926-1939), . — 1 affiche (impr. photoméc.) : n. et b. ; x × y cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  :
    • Liste des thèmes  : syndicalisme : syndicalisme révolutionnaire
    • Géographie, géopolitique et Histoire  :
    • Noms cités (± liste positive)  :
    • Presse citée  : Combat syndicaliste (1926-1939), le
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    [ texte ]

    texte :

    AIT — Confédération Générale du Travail Syndicaliste Révolutionnaire - AIT
    108, quai de Jemmapes - Paris - Xe.

    À la guerre opposons la révolution sociale !

    En présence d’une situation qui atteint, en ce moment même, son maximum de tension, la CGTSR tient à affirmer à nouveau son indéfectible attachement à la PAIX, non par pure sentimentalité, mais comme expression des travailleurs révolutionnaires français.

    Elle considère que le déclenchement de la guerre — qui ne peut qu’être universelle — conduirait le Monde à la destruction, si les travailleurs ne parvenaient pas rapidement à en changer les objectifs et la direction.

    En conséquence, la CGTSR consciente de son devoir et fidèle à sa mission, déclare que, si, en dépit de ses efforts, le cataclysme s’abat sur le monde, à la faveur d’un incident possible à tout instant, le devoir des travailleurs de tous les pays — et dit nôtre en particulier — consiste à transformer la guerre capitaliste et dévastatrice en révolution prolétarienne et libératrice.

    La CGTSR considère que cette attitude est la seule qui puisse être adoptée par le prolétariat organisé.

    Elle invite donc ses organisations et ses adhérents à mener de front la double tâche suivante : CONTINUER JUSQU’À LA DERNIÈRE MINUTE À LUTTER CONTRE LA GUERRE, de TOUTES LEURS FORCES et préparer la RÉVOLUTION SOCIALE. La CGTSR tient, en ces heures graves, à faire les deux constatations essentielles ci-dessous :
    1° - Le capitalisme internationale, choisissant son moment, a déclenché son offensive contre la loi de 40 heures à l’instant précis où le péril était le plus grave pour obtenir le concours de la classe ouvrière à son entreprise de destruction ;
    2° - Répondant à ce désir sans aucune consultation préalable, la CGT et les partis socialiste et communiste, après une série de manœuvres destinées à tromper l’opinion des travailleurs, se sont ralliés à l’idée de guerre et ont capitulés sans combattre, devant l’offensive capitaliste.

    Avec tristesse, mais sans étonnement, la CGTSR enregistre cette trahison générale. Elle demande à tous les travailleurs de ne pas suivre les mots d’ordre d’Union-Sacrée et de Guerre que lanceront, le cas échéant, toutes ces organisations qui, ont trahi, de façon totale la confiance mise en elles.

    Une fois de plus, la CGTSR répète qu’une telle guerre préparée de longue date par tous les gouvernements ne peut profiter qu’au grand capitalisme international, si la réaction des travailleurs n’est pas immédiate et décisive, pour la transformer en Révolution Sociale.

    TRAVAILLEURS !
    L’heure est venue de faire face à votre destin, d’accepter toutes vos responsabilités.
    Vous ne serez pas inférieurs à la mission que vous avez revendiquée. Vous ne trahirez pas vos engagements. Vous y resterez fidèles, quoi qu’il arrive.
    Vous lutterez contre la guerre, de toutes vos forces, jusqu’à la dernière minute en même temps que vous vous tiendrez prêts à la transformer, le cas échéant, en Révolution Sociale.
    Vous accepterez ces responsabilités avec courage.
    Elles sont vôtres. Elles vous appartiennent.
    Vous les assumerez parce que votre salut l’exige.

    COURAGE, CONFIANCE ET ACTION

    Tels sont les mots d’ordre que vous lance, avec la certitude d’être entendue, la C.G.T.S.R.

    La Commission administrative et le Bureau de la CGTSR

    Tous les vendredis, lisez le “Combat syndicaliste” 0 fr. 75.

    Cette affiche doit être timbrée à 3 fr. 30 (ajouter, s’il y a lieu, la taxe municipale)

    [marque syndicale] Imprimerie spéciale - 29, rue du Moulin-Joly, Paris (11e)


    sources :

    Pages 2-3 (pages centrales) de Le Combat syndicaliste n° 277 (16 septembre 1938).







    [Gloire, natalité ...]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Gloire, natalité ...] / Gébé [2]. — Paris : la Grande réforme, [ca ]. — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (une  : noir , papier jaune ) ; 36 × 29 cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  : CIRA (Lausanne)
    • Liste des thèmes  : contrôle des naissances  ; littérature : poésie
    • Géographie, géopolitique et Histoire  :
    • Noms cités (± liste positive)  : Margueritte, Victor (1866-1942)
    • Presse citée  : Grande réforme (1931-1939), la
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    [ texte (poésie) ; entouré d’un dessin (caricature sur la guerre de Gebé [un autre]) ]

    texte :

    Gloire, natalité ...

    Gloire, natalité, termes gros de dangers…
    À leur tam-tam on voit se grouper sans vergogne
    Les pères La Victoire et les mères Gigognes.
    Il s’agit de lutter contre les étrangers.
     
    Les mères ont mis bas pour servir la Patrie
    Un tas de malheureux dignes de la voirie.
    Ils vont peupler l’hospice ou bine le cabanon.
    Sont-ils sains ? Les voilà promus chair à canon.
    Les pères tireront orgueil de leur massacre.
    Tomber au champ d’honneur, en somme, c’est un sacre.
     
    Personne ne se dit : « Assez tôt vient la mort ».
    Le destin « le plus beau, le plus digne d’envie »
    Combattant tous les maux, c’est d’œuvrer pour la vie.
    Seul but de l’être humain qui mérite l’effort. »
     
    Fabriquer du cadavre en série est besogne
    Plus simple. tout profit pour les maîtres forbans.
    Les pères La Victoire et les mères Gigognes
    Applaudissent. Galons et croix… Ouvrez le ban !
    Le linceul tricolore et doré claque au vent.
     
    Naissez, braves lapins ; la Gloire vous attend.
     
    Victor Margueritte

    Poésie extraite de « Nocturnes ». Un volume de vers
    Dessin de Gébé, exécuté spécialement pour La Grande réforme, 14, rue de la Duée — Paris (20e)


    sources :
     



    [Mobilisation générale… pour la paix]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Mobilisation générale… pour la paix]. — Paris : Centre syndical d’action contre la guerre : LICP (Ligue internationale des combattants de la paix) : la Patrie humaine : SIA_ (Solidaridad internacional antifascista - Solidarité internationale antifasciste) : UA__ - UAC_ - UACR (Union anarchiste… [communiste] [révolutionnaire]) ; [et al.], [ ?] (Imprimerie spéciale [Impr. spéc.]). — 1 affiche (impr. photoméc.) : n. et b. ; 158 × 98 cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  :
    • Liste des thèmes  : pacifisme
    • Géographie, géopolitique et Histoire  :
    • Noms cités (± liste positive)  :
    • Presse citée  : Patrie humaine
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    [ texte ]

    texte :

    Centre syndical d’action contre la guerre

    Ligue des Mères pour la Paix. - Ligue Internationale des Combattants de la Paix. - Union Anarchiste. - Patrie Humaine. - SIA. -Parti Socialiste Ouvrier et Paysan. - JEUNES. - Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes.

    Mobilisation générale… pour la paix

    Rien n’est encore perdu !

    Sous l’égide du Centre syndical d’action contre la guerre, nous appelons le peuple travailleur de France à faire un vaste effort pour sauver la Paix.

    La guerre ne résoudrait rien. Elle serait un suicide collectif. Nous ne voulons pas sacrifier des millions de vies humaines pour le maintien du traité de Versailles, ni pour des rivalités impérialistes.

    On ment au peuple quand on le pousse à la guerre pour défendre la Tchécoslovaquie. La première victime d’un conflit armé serait le peuple tchécoslovaque lui-même.

    Il y a quelques jours, un accord avait été conclu pour le règlement de la question des minorités. Permettrez-vous, aujourd’hui, que pour des raisons de procédure et de prestige (évacuation de territoires, etc.), on noie l’Europe dans le sang ?

    Non ! Plus que jamais, la question doit être réglée par des négociations pacifiques.

    Que par leur sang-froid les travailleurs de France résistent à la marée quotidienne de fausses nouvelles et d’excitations guerrières, d’où qu’elles viennent.

    Ouvriers et Paysans, nous avons tout à perdre dans la guerre.

    Passons à l’action pour l’éviter.

    Exigeons du gouvernement qu’il poursuive inlassablement les plus grands efforts pour maintenir la paix. Le peuple de France doit le pousser à tout oser dans cette voie.

    Il ne s’agit pas de tout céder à Hitler. Il s’agit de mettre fin en Europe Centrale à une situation impossible, pour ouvrir enfin une voie à la paix désarmée.

    Il est faux de dire qu’on détruira le fascisme-par la guerre qui, au contraire, étendrait les dictatures à l’Europe entière.

    Il n’y a pas de déshonneur à négocier. Le déshonneur serait de ne pas tout faire pour empêcher le conflit.

    Rien n’est perdu... à la condition de nous mobiliser tous contre la guerre.

    [marque syndicale] Imprimerie spéciale du Centre syndical d’action contre la guerre.


    sources :

    Site de vente en ligne.

    Affiche — avec son texte — annoncée dans Le Libertaire : organe hebdomadaire de l’Union anarchiste n° 621 (43e année, 4e série, jeudi 29 septembres 1938), dans la rubrique « SIA ». 10.000 exemplaires tirés en affiches, 200.000 en tract. 4.000 affiches et 50.000 tracts seront saisis par la police ; Juin (rédacteur au Peuple) et Louis Lecoin (SIA) sont poursuivi par la justice.



    image indisponible

    [Moins de paroles pour la défense de l’Espagne ouvrière, du blé et des armes]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Moins de paroles pour la défense de l’Espagne ouvrière, du blé et des armes]. — Paris : SIA_ (Solidaridad internacional antifascista - Solidarité internationale antifasciste), . — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (deux ) ; [170 ?] × [128 ?] cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  :
    • Liste des thèmes  : action directe  ; autogestion  ; fascisme et antifascisme  ; solidarité
    • Géographie, géopolitique et Histoire  : Espagne
    • Noms cités (± liste positive)  :
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    [ texte ]

    texte :

    SIA — Solidarité internationale antifasciste — SIA

    MOINS DE PAROLES pour la défense de l’Espagne ouvrière du Blé et des Armes

    Peuple de France,
    S’il est vrai qu’à l’heure du danger tu sais avoir de l’initiative, de l’énergie et te tirer des situations les plus compromises, c’est le moment de le montrer.

    Tu as été insouciant envers le peuple d’Espagne. Tu lui as fait l’aumône de quelques pistolets, d’un peu de lait condensé, alors qu’il avait besoin d’armes et de vivres en abondance. Tu es donc cause, en partie, de ses morts, responsable de ses souffrances, et sa défaite te serait imputable.

    Tu pouvais sauver l’Espagne ouvrière en quelques semaines, et voilà près de deux années qu’elle réclame en vain ton aide.

    Que vas-tu faire, enfin ?

    Entendons leurs appels déchirants

    Peuple de France,
    Franco, soutenu par les fascistes du monde entier, tente un assaut suprême. Nos camarades antifascistes espagnols sont obligés de céder devant le matériel de mort mis en action contre eux.

    Malgré cela, ils ne désespèrent pas. Mais leurs appels au secours se font plus déchirants.

    Ne les entends-tu point ?

    Ils te disent que leurs enfants et leurs femmes meurent de faim, alors qu’en France des silos regorgent d’un blé que les minotiers brûleront sans doute un jour.

    Ils te disent qu’ils sont démunis d’avions, d armes et de munitions, alors que tu t’apprêtes à faire des heures supplémentaires en vue d’intensifier un armement qui ne leur serait pas destiné.

    Ils te disent qu’ils sont à bout, que les forces humaines ont des limites et qu’ils vont périr sans vaincre, par ta faute.

    Le permettras-tu ?

    Sauvons leur liberté et la nôtre

    Peuple de France,
    Ce sont les travailleurs des champs qui devraient être maîtres de disposer du blé stocké, les ouvriers des arsenaux qui devraient pouvoir indiquer la destination des armes qu’ils fabriquent. C’est la CGT qui devrait comprendre, enfin, que l’action directe reste l’ultime argument des prolétaires.

    Nos gouvernants s’inclineraient devant une volonté aussi nettement exprimée. Ils ouvriraient la frontière franco-espagnole, et les cheminots et douaniers syndiqués feraient le reste.

    Ton avenir, peuple de France, se joue sur de nombreux points du globe. c’est sur l’Espagne, toutefois, que tu dois porter ton attention. elle attend son salut de ton action directe. n’hésite plus, jette-toi hardiment dans la mêlée. il y va du sort du prolétariat espagnol, de ta liberté et du maintien de la paix.

    […]


    sources :

    Affiche (quadruple colombier) annoncée dans Le Libertaire : organe hebdomadaire de l’Union anarchiste n° 594 (43e année, 4e série, jeudi 24 mars 1938), dans la rubrique « SIA ».

    Affiche publiée en mars 1938 à 12 000 exemplaires. Suivie de l’affiche « Des hommes vont périr, les meilleurs et les plus vaillants » (15.000 ex.).




    [Sauvons l’Espagne antifasciste]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Sauvons l’Espagne antifasciste]. — Paris : Comité pour l’Espagne libre, [ ?] (Imprimerie spéciale [Impr. spéc.]). — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (une  : papier de couleur ) ; 40 × 60 cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  : collection particulière
    • Liste des thèmes  : fascisme et antifascisme  ; guerre (généralités)
    • Géographie, géopolitique et Histoire  : Espagne  ; Espagne : histoire : 1936-1939
    • Noms cités (± liste positive)  :
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


     
    texte :

    Comité pour l’Espagne Libre

    Siège central : 26, rue de Crussel, paris XIe — Téléphone : Roquette 73-96

    Sauvons l’Espagne antifasciste

    Le grand drame qui se prolonge de l’autre côté des Pyrénées nécessite un effort accru de tous ceux qui sont attachés à la cause de l’émancipation humaine.

    Camarades antifascistes,

    Le Comité pour l’Espagne Libre vous demande de retenir l’adresse de son Centre Local sité :

    [espace vide à remplir]

    Notre Comité qui a adopté 200 enfants espagnols dont les parents ont été assassinés à Madrid et à Malaga par les mercenaires de Franco, soutient également les populations éprouvées par la guerre civile.

    Nos transports par camions constituent un service rapide qui assure le ravitaillement en vivres, vêtements et médicaments aux régions les plus nécessiteuses.

    Pensez, camarades antifascistes, à ce peuple qui lutte vaillamment pour défendre sa liberté et la nôtre contre la barbarie fasciste. Songez aux innocentes victimes, aux orphelins sans pain et sans abri. Manifestez-leur votre solidarité par des actes ; contribuez à remplir nos camions qui leur apporteront l’aide matérielle dont ils ont tant besoin. Rendez-nous visite, apportez-nous vos dons.

    À tous, merci !

    Le Centre local du Comité pour l’Espagne Libre

    [marque syndicale] Imprimerie spéciale du Comité pour l’Espagne Libre


    sources :

    Au dos, date au tampon encreur : « le 30 mars 1938 » (coll. part.).




    [¡Kultur ! : la barbarie fasciste à Madrid]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    ¡Kultur ! : la barbarie fasciste à Madrid] / Juan Perez del Muro. — [S.l.] : CNT_ (España), . — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (trois ) ; 100 × 70 cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  : BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine : Musée d’histoire contemporaine)
    • Liste des thèmes  :
    • Géographie, géopolitique et Histoire  : Espagne : histoire : 1936-1939
    • Noms cités (± liste positive)  :
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  : exposition
    notes :
    descriptif :


    [ texte ; photomontage (immeubles bombardés et victimes de bombardements) sur fond d’avions de guerre par Muto ? ]

    texte :

    ¡Kultur !

    La barbarie fasciste à Madrid

    1) Place de l’opéra sous le Cinéma de l’Opéra et quelques maisons après le bombardement
    2) Les bombes des factieux sont principalement contre les enfants innocents […] par la mitraille aérienne
    3) Voici ce qu’il reste de la […] église de Saint-Sébastien (calle […]) par les efforts du bombardement aérien des [« salauds » ?] qui s’intitulent les « défenseurs de l’Église » ?
    4) La très populaire Pharmacie du Globe sur la place […] Martin, démolie par le barbare bombardement aérien
    5) Encore des bébés avec leurs inoffensifs parents, en dépôt de […]
    6) Un autre aspect de la calle […], avec le Cinéma [Pleyel ?]
    7) Des maisons démolies par les bombes des pirates de l’air […]
    8) Voici un autre aspect de la Pharmacie du Globe avec la calle […] à droite
    9) Effets du bombardement aérien sur la calle des […] à l’angle de la Puerta del Sol […]
    10) Les brutes [fusillades ?] ne reconnaissent pas d’âge : il s’agit, pour eux, de tuer des gens … même des enfants !
    11) Détail du Marché de la place du [Carmen ?], démoli par les bombes aériennes

    CNT — AIT

    Comité nacional (Sección Propaganda)

    UT. S. Dura-Valencia


    sources :

    http://argonnaute.u-paris10.fr/resource/a011403268185hFnuWq

    La version originale est sous-titrée « La barbarie fascista en Madrid ».