Bastien, Georges (1885-1940)

 

Georges Gaston « Mordine » Bastien.

https://maitron.fr/?article156151

in Dictionnaire des militants anarchistes : BASTIEN, Georges, Gaston “Mordine”
Né le 21 décembre 1885 à Abbeville (Somme) - mort en juin 1940 - Ouvrier du textile ; employé aux assurances sociales - AIA - UA - CGT - Amiens (Somme)

Militant anarchiste actif, Geoges Bastien fut l’un des principaux rédacteurs du journal anarchiste amiénois Germinal fondé en novembre 1904. De 1905 à 1907, il fut secrétaire de la section d’Amiens de l’AIA (Association internationale antimilitariste) et collaborait à son bulletin L’AIA (Paris, n°1, octobre à n°3, décembre 1906) publié sous la responsabilité de Miguel Almereyda et Eugène Merle. Il milita également à la « Jeunesse libre d’Amiens », groupe libertaire dont il fut un des (...)

Au moins 4 ouvrages recensés dans le Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones.
Au moins 14 revues francophones parues sous ce nom (voir sur le site Bianco).
Au moins 1 périodique espagnol publié avec ce nom entre 1869 et 1939 (vedere sul sito Madrid-Santos).

 

Affichage par année

3 affiches :

 

    [Amiens veut l’amnistie]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Amiens veut l’amnistie]. — Amiens : Fédération Libertaire de la Somme ; [et al.], [ca ]. — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (une  : noir , papier jaune ) ; 120 × 80 cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  :
    • Liste des thèmes  : justice  ; pacifisme
    • Géographie, géopolitique et Histoire  :
    • Noms cités (± liste positive)  : Bastien, Georges (1885-1940)  ; Cottin, Émile (1896-1936)  ; Goldsky, Jean (1890-1969)  ; Graux, Lucien (1890-1950)  ; Morand, Jeanne (1883-1969)
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  :
    notes :
    descriptif :


    [ texte ]

    texte :

    Amiens veut l’amnistie

    Au mépris d’un vote formel de la Chambre des Députés et du Sénat, qui exigeait l’amnistie pour tous les marins de la Mer Noire ;
    Au mépris de la volonté des électeurs qui, par trois fois, ont élu Marty ;
    Écoutant les suggestions des réactionnaires du “Bloc National” ; le gouvernement a refusé d’amnistier Marty, alors qu’il libérait les autres marins de la mer Noire. Le crime de Marty, aux yeux des réactionnaires, c’est d’avoir refusé de massacrer les populations russes, alors que la France n’était pas en guerre avec la Russie.
    Marty n’a fait que son devoir constitutionnel. Le garder en prison pour apaiser la haine des réactionnaires, C’est un défi jeté au peuple tout entier.

    Nous demandons la libération de Marty

    D’un autre côté, Cottin qui n’a pas tué agonise en prison, alors que Villain, l’assassin de Jaurès, est libre.

    Nous demandons l’amnistie pour Cottin

    Jeanne Morand, pour avoir affirmé son désir de paix en pleine guerre ; Goldsky, accusé faussement de trahison par les Daudet et leurs pareils, et bien d’autres nombreuses victimes de la réaction, restent enfermés dans les geôles républicaines.

    Nous demandons l’amnistie pour tous

    Pour tous les Emprisonnés pour Délit d’opinion ;
    Pour tous les Condamnés des Conseils de guerre ;
    Pour tous les Travailleurs frappés pour avoir revendiqué leurs droits.

    Amnistie ! Amnistie !

    Puisque les mercantis, profiteurs, accapareurs, spéculateurs, condamnés pour avoir volé le public, sont amnistiés, c’est bien le moindre qu’on amnistie les braves gens qui se sont soulevés pour la cause du peuple.

    L’Action- Française a osé écrire que la France était le pays le plus réactionnaire du monde.

    Il tient à nous de prouver que ce n’est pas vrai, en réclamant l’amnistie pour tous ceux qui sont déjà frappés et la liberté d’opinion pour tous.

    G. BASTIEN, pour la Bourse du Travail d’Amiens ; L. DUTILLOY, pour la Ligue des Droits de l’Homme ; G. AUBRY, pour l’Union Départementale Unitaire des Syndicats de la Somme ; G. SELLIER, pour l’Union Départementale des Syndicats Confédérés de la Somme ; C. GUILLOT, pour la Fédération Socialiste de la Somme (SFIO) ; L. GRAUX, pour la Fédération Libertaire de la Somme ; J. DUPUIS, de la Fédération Socialiste de la Somme (SFIO)

    [marque syndicale] [xxx ?] — Amiens, Imprimerie nouvelle, 78-80, rue des [Vergers ?]


    sources :

    Archives nationales F/7/13165, A216 :
    https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/media/FRAN_IR_050130/c-azsomwcay-172zmi6uhuv1n/FRAN_0020_15830_L




    image indisponible

    [Il est temps d’agir : grand meeting]

    notice :
    Image (fixe ; à 2 dimensions)
    [
    Il est temps d’agir : grand meeting]. — Paris : CDS_ (Comité de défense sociale : 1903-....) : Comité de défense du droit d’asile (CDA / CDDA), . — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (une  : noir , papier de couleur ) ; x × y cm.

    • Affiches par pays  : France
    • Lieux d’archivages  :
    • Liste des thèmes  : justice  ; répression
    • Géographie, géopolitique et Histoire  : Espagne  ; Italie
    • Noms cités (± liste positive)  : Bastien, Georges (1885-1940)  ; Berneri, Camillo (1897-1937)  ; Besnard, Pierre (1886-1947)  ; Blanco  ; Marmande, René de (1875-1949)  ; Pioch, Georges (1873-1953)  ; Pons
    • Presse citée  :
    • Vie des mouvements  : meetings et manifestations  ; soutien à militants
    notes :
    descriptif :


    [ texte ]

    texte :

    Comité de Défense du droit d’asile

    Il est temps d’agir :

    Pour le respect de la liberté individuelle
    car, où la liberté individuelle est meurtrie — et c’est trop souvent le cas en France depuis quelques temps — la liberté de tous est menacée ;

    En faveur des proscrits Pons, Blanco, Berneri
    victimes, l’un de la dictature italienne, les deux autres de la dictature espagnole et que le gouvernement français persécute à son tour ;

    Pour la sauvegarde d’un véritable droit d’asile
    de plus en plus précaire et que notre pays pourtant s’était, de tout temps, honoré de garantir aux exilés d’autres pays.

    Mais, pour lutter sérieusement et victorieusement en faveur de ces trois hommes et de ces deux droits naturels, ce n’est pas trop exiger du Peuple de Paris que lui demander d’accourir au

    Grand meeting

    Salle Wagram, 38, avenue de Wagram, mercredi 12 novembre, à 20 h 30

    Prendrons la parole :
    Joseph Caillaux — de Moro Giafferri — Jean Piot — R. de Marmande — Pierre Cot — Henri Jeanson — Delépine — Lazurick — François-Albert — Georges Pioch — Besnard — Georges Bastien

    Nota. — Les portes ouvriront à 20 heures. — Descendre aux Ternes ou à L’Étoile. — Il sera perçu deux francs d’entrée pour ouvrir les frais.

    […]


    sources :

    Affiche non retrouvée mais du même modèle que celle du meeting du 23 décembre de Lyon. Texte pris dans Le Libertaire : organe de l’Union anarchiste-communiste n° 281 (samedi 8 novembre 1930).

    Parmi autres noms : Maurice Delépine (juriste, militant), Vincent de Moro-Giafferri (avocat), Jean Cot (député) ?, Maurice “Robert” Lazurick (avocat, journaliste), etc.


    1930
    Affiche liée