* aide à la recherche
Accueil > affiches > [Comité central aux citoyens du VIe Arrondissement]

[Comité central aux citoyens du VIe Arrondissement]

-
Image (fixe ; à 2 dimensions)
titre :
[Comité central aux citoyens du VIe Arrondissement]
adresse :
. — Paris : Comité central de la garde nationale (1871) : Commune de Paris (1871),
description technique (h × l) :
. — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (une : noir) ; x × y cm
notes :
descriptif :


[ texte ]

texte :

République française
Liberté, Égalité, Fraternité

Comité central

Aux citoyens du VIe arrondissement.

Citoyens,

Devant le crime les opinions politiques s’effacent et la neutralité est inadmissible.

On est toujours responsable du mal que l’on voit faire quand on ne tente rien peur l’empêcher ou pour le châtier.

En face de l’immonde assemblée de Versailles et des monstres qui constituent son gouvernement, quiconque se retranche derrière une opinion politique ou se déclare neutre est un lâche ou un complice.

En conséquence,

Considérant qu’il est du devoir de tous les citoyens d’empêcher la justice et le droit de succomber ;

Considérant que, pour sauver le monde moral en péril, il importe d’écraser au plus vite les lâches auteurs de nos maux et leurs assassins à gages,

Le chargé de pouvoirs du Comité central, muni de ses instructions, avec la Municipalité du 6e arrondissement, arrête :
1° Tous les bataillons du 6e arrondissement feront parvenir, dans le plus bref délai, au Comité central, le contrôle des compagnies ;
2° Tous les citoyens appelés par le décret du 7 avril 1871 et non encore inscrits devront se faire inscrire sur les registres ouverts à cet effet, par les soins de la Municipalité, dans le délai de 48 heures, à partir de l’affichage du présent arrêté ;
3° Tous les citoyens valides, au-dessus de la limite d’âge fixée par le décret ci-dessus, feront partie de la garde sédentaire, et devront se faire inscrire, s’ils ne le sont déjà ;
4° Une commission est nommée à l’effet de relever, sur les registres de l’État civil, sur les listes électorales, sur les livres de police et le rôle des contributions, la liste des citoyens compris dans les diverses catégories d’âge, afin de déférer à une cour martiale les déserteurs et les réfractaires, et de provoquer, en outre, la suppression de leurs droits civiques : car il faut absolument que les lâches traînent, dans la cité, sous l’œil et le mépris de leurs concitoyens, la marque de leur ignominie.

Paris, 12 avril 1871.

Pour le Comité central :
Le chargé de pouvoirs, Lacord.

Imprimerie de Mme Ve Bouchard-Huzard, rue de l’Éperon, 5.


sources :

texte d’après Les Murailles politiques françaises, tome II : la Commune, Paris, Versailles, la Province (Paris : Le Chevalier, 1874. 688 p.), p. 260.

cotes :