* aide à la recherche
Accueil > affiches > [N° 129 — Commune de Paris — Commission des barricades]

[N° 129 — Commune de Paris — Commission des barricades]

-
Image (fixe ; à 2 dimensions)
titre :
[N° 129 — Commune de Paris — Commission des barricades]
adresse :
. — Paris : Commune de Paris (1871), (Imprimerie nationale [Paris : 1871])
description technique (h × l) :
. — 1 affiche (impr. photoméc.) : n. et b. ; x × y cm
notes :
descriptif :


[ texte ]

texte :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
N° 129 — LIBERTÉ — ÉGALITÉ — FRATERNITÉ — N° 129

COMMUNE DE PARIS
COMMISSION DES BARRICADES

La Commission des barricades arrête ainsi qu’il suit le tracé des barricades, sauf modifications dans les cas particuliers :

Chaque barricades sera composée des deux portions appuyées l’une au coté droit, l’autre au côté gauche de la rue, et laissent entre elles et les maisons un passage de 3 mètres. Cependant, dans les voies qui ne seront pas nécessaires à la circulation des voitures, on ne fera qu’une barricades, avec un passage de 1 mètre de largeur à l’une des extrémités.

La Commission arrête ainsi qu’ils suit le profit d’une barricades pour grandes voies de communication :

Profondeur du fossé — 2m,00
Largeur — en tant qu’il faudra pour le massif.
Hauteur de la barricade — 4m,00
Épaisseur en haut — 6 00
Largeur de la banquette de tir — 2 50
Talus du côté de l’ennemi — 4 80 de base.
Talus montant à la banquette — 5 50 de base.
Épaisseur totale — 19 00
Hauteur du massif de pavés — 2 00

La Commission arrête […]

Profondeur du fossé — 2m, 00
Largeur — ce qu’il faudra.
Hauteur de la 3m,00
Épaisseur en haut — 2 00
Largeur de la banquette — 2 50
Talus du côté de l’ennemi — 3 00
Talus montant à la banquette — 3 50
Épaisseur au pied — 11 00
Hauteur-du massif de pavés — 1 60
Épaisseur au pied — 8 00
Épaisseur en haut — 3 50
Fossé intérieur — pas plus de 0 80 de profondeur.
Fossé intérieur — pas plus de 0 80 de profondeur.

La Commission décide que la conservation des tuyaux du gaz et de l’eau sera assurée jusqu’au moment de l’attaque, aussi bien que celle des égouts, qu’il n’est pas nécessaire d’ouvrir pour les mines.

La Commission arrête, ainsi qu’il suit, l’emploi dés égouts pour les mines ;

Elle répudie absolument, comme trop lente, toute construction et fouille de galeries de mine, mais elle admet que des fourneaux de mines seront faits au fond et sur le côté des égouts, et arrête ainsi qu’il suit leur position et leur charge :

Premier fourneau à 20 mètres en avant du fossé, charge — 40 kilogrammes de poudre.
Second — à 12 mètres plus loin — 100 idem.
Troisième — à 12 mètres plus loin que le deuxième. — 100 idem.

et ainsi de suite.

Si les circonstances le permettent, toujours avec la charge de 100 kilogrammes, chaque fourneau devra être amorcé séparément.

La Commission décide que le procès-verbal de la séance sera publié et affiché, à l’exception des mesures qui règlent l’emplacement et la stratégie des barricades.

La Commission charge le citoyen Gaillard père de faire lithographier et livrer au public et au commerce les profils recommandés par la Commission.

Les citoyens Norel (4e arrondissement), Thirion (8e arr.), Jean, génie ; Guilbot (11e arr.), Buyat (14e arr.), Leduc (15e arr.), Darnal (16e arr.), Gaillard père (1er et 20e arr.), reçoivent pleins pouvoirs pour organisation des barricades dans leurs arrondissements.

La Commission décide que la rue du Rempart sera barricadée de chaque côté de chaque porte, ainsi que toutes les voies aboutissant aux portes, et que les maisons d’encoignure seront organisées militairement.

Commission décide que la prochaine séance aura lien demain 13 avril, à 5 heures après-midi au Ministère de la guerre ; on y examinera les mesures prises et les études faites dans chaque arrondissement. En attendant, chaque délégué doit opérer d’urgence et faire commencer le travail avec le concours de la délégation communale, en se conformant au plan d’ensemble adopté.

Paris, le 13 avril 1871.

IMPRIMERIE NATIONALE. — Avril 1871.

LA COMMISSION DES BARRICADES.


sources :

texte d’après Les Murailles politiques françaises, tome II : la Commune, Paris, Versailles, la Province (Paris : Le Chevalier, 1874. 688 p.), p. 266.

cotes :