* aide à la recherche
Accueil > 6979 affiches > [Germinal]

[Germinal]

-
Image (fixe ; à 2 dimensions)
titre :
[Germinal]
adresse :
. — Paris : Le Libertaire (1895-1939),
description technique (h × l) :
. — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (une : noir, papier de couleur) ; [ 54 ?] × [ 40 ?]  cm
notes :
descriptif :


[ texte ]

texte :

Germinal

Germinal

Dans le champ noir des affamés,
Comme une plaie héréditaire,
Les grains que vous avez semés,
O Bourgeois ! vont sortir de terre.
La haine, cette fleur du mal,
Germe vivace en nos entrailles.
Il en jaillira ce qu’il pourra.
Hardi les gars !
C’est Germinal
Qui fera pousser les semailles !
 
Tout ce qui vient des malheureux,
Leur amour même, vous tourmente ;
Le coït de ces ventres creux
Vous écœure et vous épouvante.
Que chaque accouplement brutal
Fasse un soldat pour nos batailles.
Plus il en naîtra, mieux ça vaudra.
Hardi les gars !
C’est Germinal
Qui fera pousser les semailles !
 
Quand les pauvresses réprouvés,
Martyrs en butte à la détresse,
Se seront enfin soulevés, Réclamant leur part de richesse ;
Au tronc du vieux monde inégal
On fera de larges entrailles
Il en jaillira ce qu’il pourra.
Hardi les gars !
C’est Germinal
Qui fera pousser les semailles !
 
Les forgerons et les mineurs,
Va-nu-pieds sortant de leurs bouges,
Seront de rudes moissonneurs
Lorsque viendront les moissons rouges.
Guerre aux repus du Capital !
Il faut égaliser les tailles ;
Il en coulera ce qu’il pourra.
Hardi les gars !
C’est Germinal
Qui fera pousser les semailles !
 
Quand les meurt de faim rassemblés
Se dresseront pour la Révolte,
Serrés, nombreux comme les blés,
Les fusils feront la récolte.
Pour changer l’ordre Social
Il faut de vastes funérailles.
Plus on en tuera, mieux ça vaudra.
Hardi les gars !
C’est Germinal
Qui fera pousser les semailles !

[gravure portrait :] Michel Angiolillo


Ils ont été bien interdits ceux à qui Angiolillo, sur le point de payer de sa vie l’acte de justice accompli sur la personne du monstre Canovas, demanda la permission de prononcer un mot, un seul.

Et leur stupéfaction s’est accrue, quand, d’une voix vibrante, forte, claironnant, le supplicié proféra ;

« Germinal ! »

Ce mot, les bourreaux ne l’ont point compris. Ils ne le pouvaient comprendre. Mais ce n’est pas pour eux qu’Angiolillo poussa son cri suprême, c’est pour tous ceux qui, disséminés à travers la planète, ont voué à notre Société de sang et de boue une haine inextinguible.

Le condamné savait que, passant au-dessus des murs de la prison, franchissant la haie barbare des policiers et des soldats, son Germinal irait, solennel et formidable, frapper l’oreille des hommes de pensée haute et de conviction ardente qui composent la génération nouvelle, présageant magnifiquement les révoltes implacables.

Il savait que ce Germinal les anarchistes le répéteraient, l’expliqueraient, le commenteraient, appelant les foules à recueillir tout ce qui s’en dégage de colère et d’espérance.

Germinal ! cela voulait dire : « Débarrassez-vous de ma personne. Je vous défie de supprimer l’idée que j’affirme avant de disparaître. Assassinez-moi, vous êtes les plus torts. Elle, vous ne la tuerez jamais !

« Germinal ! Le grain monte. Dans le champ des intelligences, le sol crève sous l’effort irrésistible de la semence en fermentation. Les terres se couvrent d’épis. Ils sont durs, lourds, superbes.

« Germinal ! C’est le renouveau perpétuel. C’est la vie sortant de la mort. C’est l’éternel et ininterrompu pêle-mêle des naissances et des disparitions ! C’est la transformation fatale et séculaire ! C’est l’imprimable enchaînement des assauts et des résistances. C’est l’enfantement confus, mystérieux, mais irréfragable des effets et des causes !

« Germinal ! C’est le printemps sans commencement et sans fin : c’est la Nature en constante élaboration ; c’est l’univers en travail depuis les hivers les plus inconnus jusques aux demain les plus insoupçonnés.

« Germinal ! C’est l’histoire s’écrivant sous la dictée des événements que nulle force humaine ne saurait enchaîner, que nulle puissance n’est de taille a dominer !

« Germinal ! C’est, au travers des larmes amères, la douceur des sourires ; c’est, au sein des ténèbres qui enveloppent l’humanité ignorante, la lueur qui perce l’obscurité et oriente les foules vers les horizons de clarté. C’est, malgré le cliquetis des armes, le grondement des canons, le crépitement de la mitraille et les vociférations des soldats, c’est le calme bienfaisant des apaisements définitifs et des réconciliations sans retour.

« Germinal ! Les cerveaux vont être conquis ; les cœurs sont sur le point d’être gagnés ; les volontés s’arment de résolution ; les bras s’apprêtent. Dans les palais des tyrans, dans les temples des imposteurs, dans les demeures des riches, dans les tribunaux, les prisons, les casernes, les couvents, partout où se concerte et s’accomplit le crime, partout où gémissent les tourmentés, d’un bout de la terre à l’autre, s’annonce la prochaine tourmente, pleine de terreurs pour les uns, emplie d’espoirs pour les autres !

« Germinal ! Ils sont venus les temps — ah ! pourquoi ont-ils tant tardé ? — des responsabilités et des représailles ! Les temps où les écrasés et les vaincus demanderont des comptes aux triomphateurs et aux bourreaux ! les temps où les esclaves se rueront sur les maîtres ! les temps des haines vengeresses et des exécutions salvatrices !

Germinal ! Germinal !! Germinal !!!

Telle est la signification de ce seul mot Germinal sur ces lèvres qui allaient pour toujours devenir muettes.

Germinal ! C’est le nunc dimittis de cette bouche qui, avant d’être glacée par la mort, évoque si puissamment la vie universelle, annonce le crépuscule d un passé de misère, d’horreur et de violence et l’aurore d’un présent de douceur, de beauté et d’abondance.

Germinal ! Ce sera le cri de ralliement pour la levée de boucliers des exploités contre les exploiteurs, des opprimés contre les tyrans, des maigres contre les gras, des déshérités contre les privilégiés !

Ce sera la diane des grands jours de bataille ! C’est bref, c’est farouche, c’est entraînant !

Germinal ! Germinal !! Germinal !!!

Le Libertaire.

Ce placard ne peut être affiché que revêtu d’un timbre de 12 centimes.

Imp. Léon Barrier, 120, rue Lafayette, Paris


sources :

Dernière page de : Le Libertaire n° 95 (du 5 au 12 septembre 1897).

cotes :
 


Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones