* aide à la recherche
Accueil > 6795 affiches > [Les anarchistes de votent pas : élections législatives de 1914]

[Les anarchistes de votent pas : élections législatives de 1914]

Image (fixe ; à 2 dimensions)
titre :
[Les anarchistes de votent pas : élections législatives de 1914]
adresse :
. — Paris : FCA_ (Fédération communiste anarchiste) : Le Libertaire (1895-1939),
description technique (h × l) :
. — 1 affiche (impr. photoméc.), coul. (une : papier de couleur) ; x × y cm
notes :
descriptif :


[ texte ]

texte :

Élections législatives 1914

Fédération Communiste Anarchiste révolutionnaire de langue française

Les Anarchistes ne votent pas !

Parce que :

1° Voter, c’est abdiquer ses droits entre les mains d’un individu qui peut vous trahir impunément. Exemple : Millerand, Briand, etc.
2° Voter, c’est se soumettre d’avance à la volonté de la majorité qui est nécessairement routinière : tous les progrès étant toujours l’œuvre des minorités.
3° Prendre part au vote, c’est reconnaître la légalité c’est admettre la bonne foi du système électoral, alors que la réalité prouve que le suffrage universel est faussé à sa base par l’organisation des partis politiques et la puissance corruptrice de l’argent.

Travailleurs.

Une fois de plus, on vous demande de nommer des représentants !

Pourquoi faire ? Est-ce pour exécuter vos volontés ?

Non.

Précédemment ils s’étaient adjugés 15.000 francs par an.

Les en aviez-vous chargés ?

Vous avaient-ils consultés ?

Cette fois, ils vous ont imposé la loi de 3 ans.

Ils ont engagé plus de 2 milliards de dépenses nouvelles.

Ils ont fait en sorte que le budget atteigne 6 milliards 819 millions, quand tous avaient promis de ne pas voter d’impôts nouveaux.

Vous êtes le peuple souverain, vous disent-ils, et une fois nommés, ils n’en font qu’à leur tête.

Ils vous traitent comme un troupeau qu’on malmène et traîne à l’abattoir du Maroc ou d’ailleurs.

Que font-ils de celte devise “Liberté, Égalité, Fraternité” qui depuis plus de 40 années de République est gravée sur tous les édifices nationaux ?

N’est-ce pas un abominable mensonge ?

N’avons-nous pas dans les prisons beaucoup des nôtres qui subissent de lourdes peines, de longues condamnations de prison pour avoir voulu exprimer leur liberté de penser, d’émettre une opinion et de propager une idée par la parole et par l’écrit ?

Ne voyons-nous pas l’inégalité dans les faits administratifs, judiciaires et économiques, comme sous les régimes déchus, mais imposée plus hypocritement chaque jour ?

Est-ce que nous n’assistons pas à l’écrasement des paysans par l’impôt, et à la misère des citadins par les salaires de famine et les chômages répétés ?

Qu’ont-ils fait de vos enfants qu’ils ont enlevés à votre affection ?

Des malades, des morts !

Nous, Anarchistes ! nous ne vous promettons rien, nous vous disons Seulement :

Vous êtes le nombre,

Vous êtes la force.
Ce que vous désirez, vous pouvez l’obtenir.

Voulez-vous continuer à être des esclaves ?

Vous trouvez-vous bien d’être mal nourris, mal logés, écrasés de labeur souvent nuisible ?

Allez-vous continuer d’envoyer à la Chambre des hommes qui passeront leur temps à se remplir les poches et à se partager honneurs, emplois et ministères ?

Voulez-vous assister impassibles à d’autres Duez, Caillaux, Monis, Barthou, etc.

Eh ! bien, allez voter.

Sinon, venez avec nous chercher à réaliser l’égalité véritable et à instaurer une société de bonté, où chacun produira selon ses forces et pourra consommer selon ses besoins.

Aidez-nous à faire que le droit à la vie soit égal pour tous.

Pour cela, il faut :

Poursuivre la disparition du régime capitaliste.

Supprimer l’exploitation de l’homme par l’homme, mettre en commun les richesses et tous les moyens de production.

Abolir toutes les servitudes morales, économiques et politiques.

Nier toutes les Patries, combattre tous les militarisâmes, empêcher toutes les guerres.

En un mot, combattre l’autorité sous toutes ses formes.

Ne plus voter !

Mais ne pas rester indifférent de la chose publique. Porter son attention sur les laits économiques et suivre leur répercussion sur l’organisme politique : l’État. Battre en brèche la forteresse du pouvoir, mais autrement que par l’inoffensif bulletin de vote : par la révolte contre les institutions iniques, par une attitude permanente de réfractaire contre les lois.

Pas d’inertie ! De la pensée et de l’action !

Ne votez plus ! Agissez !

Lire toutes les semaines : Le Libertaire, Les Temps Nouveaux

Les affiches seront prêtes le 1er avril ; des Listes de Souscription seront envoyées à tous les groupes qui voudront bien se charger de les faire circuler et les retourner au plus tôt au camarade Albret, 51, rue Lhomond.


sources :

Affiche présentée dans Le Libertaire du 28 mars 1914 (20e année, n° 22). L’affiche elle-même a été tirée à 20.000 exemplaires.

Une autre affiche, le manifeste « Aux travailleurs des villes et des campagnes » — élaboré au congrès d’aout 1913 — était encore en stock alors qu’une seconde est prévue, intitulée « Bilan de la législature » [1] L’ensemble de cette propagande laissera une ardoise de 1.700 francs à Albret qui devra lancer un appel à la combler.

Notes

[1Article « Appel aux anarchistes pour la campagne antiparlementaire » de la Fédération dans Le Libertaire du 18 avril 1914. Cet article cite aussi la brochure Ce que veulent les anarchistes de Thonar, proposée à 15 francs le mille, et le tract — paru dans le numéro précédent du 11 avril — qui reste à imprimer pour 2.000 francs.

cotes :
 


Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones