* aide à la recherche
Accueil > 6658 affiches > [Après Puig Antich condamné à mort par l’État espagnol, d’autres révolutionnaires (...)]

[Après Puig Antich condamné à mort par l’État espagnol, d’autres révolutionnaires risquent la peine de mort]

Image (fixe ; à 2 dimensions)
titre :
[Après Puig Antich condamné à mort par l’État espagnol, d’autres révolutionnaires risquent la peine de mort]
adresse :
. — Paris : Front libertaire des luttes de classes, (Imprimeurs libres (Paris))
description technique (h × l) :
. — 1 affiche (impr. photoméc.) : n. et b. ; 56 × 76 cm
notes :
descriptif :


[ Juin 1974. Texte ; photos. Les mots "condamné à mort" sont biffés et on a écrit en surcharge "garrotté". ]

Front libertaire

Comité Soutien et vérité pour les emprisonnés de l’ex-MIL

texte :

Après Puig Antich garrotté par l’État espagnol, deux révolutionnaires risquent la peine de mort :

Oriol Sole Sugranyes, 25 ans, typographe, membre de l’ex-MIL

Jesé Luis Pons LLobet, 18 ans, étudiant, membre de l’ex-MIL

Solidarité !

Comité de soutien et vérité pour les prisonniers de l’ex-MIL

Le Mouvement Ibérique de Libération

Le MIL s’était constitué en 1971 comme groupe de soutien aux luttes radicales du mouvement ouvrier révolutionnaire de Barcelone. Le type d’action directe choisi par le MIL (attaque de banque, agitation armée) permettait l’aide financière aux comités de grève, aux licenciés, aux groupes ouvriers autonomes, ainsi que la constitution d’un appareil de propagande autonome au service exclusif des groupes de base (éditions Mai 37).

Le MIL s’est autodissout en novembre 73 après la constatation suivante :

  • Danger de dégénérescence en une organisation politico-militaire, coupée de la réalitée de la lutte des classes. la majorité des gains étant destiné à la survie en clandestinité.
  • Évolution vers un affrontement direct entre un grou[pe] d’individus et l’État.
  • -* Demande de contacts ouvriers pour arrêter momentanément les attaques de abnque, et reporter les activités aux éditions clandestines Mai 37, autofinancées par les groupes de base.

Le MIL s’est autodissout pour se reconstituer sous la forme de GAC (Groupes Autonomes de Combat), et continuer l’activité pratique et théorique sous de nouvelles formes. L’agitation armée n’étant pour eux qu’un moyen parmi d’autres, répondant à une situation précise.

« Les Imprimeurs libres » — 16, passage des Soupirs - 75020 - 366-91-53

Supplément à Front libertaire


sources :

Supplément à Front libertaire. Paru en mars-avril 1974. Certains exemplaires de l’affiche ont été surchargés "Garroté" sur "Condamné à mort".

cotes :

Aff1759 - 305982 (cira L)


1974

1974
Affiches liées

Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones