* aide à la recherche
Accueil > 6687 affiches > [Sur le procès en Assises des anti-franquistes…]

[Sur le procès en Assises des anti-franquistes…]

Image (fixe ; à 2 dimensions)
titre :
[Sur le procès en Assises des anti-franquistes…] / André-François Barbe
adresse :
. — Toulouse : [s.n.],
description technique (h × l) :
. — 1 affiche (impr. photoméc.) : n. et b. ; 61 × 44 cm
notes :
descriptif :


[ texte ; dessin (tête de mort avec calot à pompon — les yeux sont occupés par des barreaux de prison auxquels deux mains s’agrippent, le crane est graffité avec une croix celtique, une croix gammée et une potence) par Barbe ]

texte :

Sur le procès en Assises des anti-franquistes…

Ce matin, 19 janvier 1981, nous rentrons dans nos prisons respectives, afin de comparaître comme prévenus dans un procès d’assises que jusqu’alors personne n’aurait cru possible. Nous avons été arrêtés il y a sept ans, relâchés assez rapidement. Les militants espagnols, arrêtés en Espagne en 74 ont, eux, été amnistiés.

Et en 1981, en France, notre procès sera celui d’individus qui hier ont refusé le franquisme, comme ils ont refusé le régime des colonels grecs et de Caetano.

Notre procès sera celui d’individus qui, aujourd’hui refusent le régime de Pinochet au Chili, de Videla en Argentine, de Brejnev en URSS.

Oui, nous condamnons toutes les dictatures et les états totalitaires. Oui, nous soutenons tous les mouvements de lutte qui cherchent à arrêter la main du bourreau, comme c’était le cas lors de l’affaire Suarez.

Aujourd’hui, à deux mois des élections présidentielles, le gouvernement français se dévoile :
— en faisant notre procès,
— en faisant celui de GARI le 14 mars 1981,
— en enfermant des militants anti-franquistes de l’ETA (Etchave),
- en permettant que des groupes d’extrême-droite espagnols, liés à des membres de l’OAS tuent et blessent en France en toute impunité,
— en permettant l’assassinat de Goldmann,
— en permettant l’attentat de la rue Copernic…

Devant cette réalité, ce procès est d’autant plus absurde et scandaleux que c’est nous, anti-franquistes, qui sommes considérés comme des criminels et non pas Franco.

les inculpés signataires : Georges Rivière, Annie Chitti, Lucio Urtobia, Anne Urtubia, Pierre Guibert, Danièle Haas, Ariane Gransac-Sadori, Octavio Alberola

[… ?]


sources :

Couleurs ?
Paru en décembre 1980 à Toulouse d’après Les GARI, 1974 : la solidarité en actes (CRAS, 2013).

cotes :
 

1977

1981
Affiches liées


Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones